Or, ne devrait-on pas avoir le droit d’être heureux même en étant très âgé et jusqu’au bout? Il faut que cela devienne notre objectif à tous : éviter aux personnes où qu’elles vivent, que ce soit à domicile ou en EHPAD, d’être malheureuses parce qu’elles se seraient senties délaissées à la fin de leur vie. Et toutes les initiatives en ce sens prouvent au quotidien qu’on y arrive.
Je rencontre des gens souriants, même avec des maladies neuro-évolutives. Mettre le sensoriel et la joie de vivre au centre, ça marche, moi j’y crois !

lire plus